Harcèlement moral ou physique au travail : qui alerter en premier ?

Le monde professionnel est aujourd’hui sujet à de cas d’infractions. En effet, dans le but d’être le meilleur par rapport aux autres concurrents, les entreprises ont durcis les recrutements. A cet effet, on assiste non pas à une pénurie de main d’œuvre, mais à une sélection des meilleurs éléments. A cause du durcissement des régimes appliqués, les risques psychologiques sur les employés sont considérablement accrus. Actuellement, la détection de tout harcèlement est de mise au sein de l’environnement de travail de chacun.

Comment se manifeste un harcèlement moral au travail ?

Le harcèlement moral au travail peut se présenter sous différentes formes, au sein de l’environnement de travail. Il peut s’agir d’un geste, d’une attitude, d’une critique mal placée, ou d’une insulte pouvant affecter l’intégrité morale d’un employé. La loi le qualifie même, comme une infraction passible de sanction pénale. Pour être considéré comme étant du harcèlement moral, l’acte doit être répétitif, portant atteinte aux droits et à la dignité, ou encore avoir des effets négatifs sur la santé physique ou mental de la victime. Dans de pareils cas, il est primordial de le signaler pour ne pas en souffrir plus.

En quoi consiste alors un harcèlement physique ?

Tout comme le harcèlement moral, le harcèlement physique est également une infraction. Il s’agit en réalité d’une forme de violence répétée, à l’égard d’une victime qui ne peut se défendre. Cette forme de violence doit aussi avoir un impact sur les droits et la dignité de la personne, voire altérer sa santé ou encore compromettre son avenir professionnel. Le code du travail prohibe toute forme de harcèlement, quelle qu’en soit la forme. Là encore, la victime se doit de signaler de suite ce genre de dénigrement, pour mettre l’harceleur hors d’état de nuire, mais aussi pour préserver ses collègues de travail.

Les mesures à prendre en cas de harcèlement, à qui faire appel ?

Chaque salarié peut être victime d’un harcèlement sur son lieu de travail. Afin de se protéger, il existe plusieurs solutions. En premier lieu, le plus simple consiste à faire appel au représentant du personnel ou encore à l’inspection du travail. Aussi, il est possible peut saisir le juge pénal ou le conseil prud’homme, en vue d’une demande de réparation pour le préjudice subi, que celui-ci soit moral ou physique. Le meilleur moyen pour d’échapper au harcèlement n’est autre que la dénonciation, un acte qui demande du courage, mais qui a le mérite d’être efficace.

Caducée infirmier : guide pratique
Avoir une bonne hygiène de vie, c’est quoi ?